2 Mai 2007 ..., amniocentèse à la Timone (à Marseille).

        Cette étape fut stressante. Une de plus. L'idée de cette longue aiguille si près de notre garçon ne pouvait pas nous aider.

Nous nous présentons donc au service de diagnostique prénatal où nous sommes reçu en entretien avec le Professeur Nicole PHILIP. Lorsque nous lui annonçons que pour le diagnostique du syndrome, nous sommes suivi à Paris, nous sentons une légère amertumes envahir l'atmosphère. Bref. Suite à cette entretien et étant donné l'avancer de la grossesse, l'amniocentèse devait se faire le plus tôt possible et comme il y avait de la place le jour même, nous nous sommes retrouvé dans une chambre d'hospitalisation à attendre notre supplice. Supplice, en effet le mot n'est pas fort. L'attente ne fut pas longue (environ une demi-heure).